Aspasia Nasopoulou
welcome bio music agenda reviews links contact
list audio video poems photos writings
music-project
< previous   

Back to the list of audio fragments
Ballades I, III (2005)
Poetry, Christine de Pizan (1363-1430)
for medieval recorder, viola d'arco and mezzo soprano
(commission by Grand Desir ensemble; the fragment is from the cd "Danse et Chanson" Aliud Records, Skarster Music Investment)
Total duration: 8 min.



Ballad I

Mon doulx amy du quel je tien
Le loyal cuer, et pour le tien
Le mien enshange te donne
Je te pry, ne te doubte en rien,
Car je te jur et promet bien
Que se ne truys aultre que bonne
Ta voulente vers ma personne,
En ce qui peut honneur toucher,
Se ne passez de droit la bonne,
Je t'ameray et tendray chier.

Et s'il te plaist qu'en ce lien
Soit ton tres doulx cuer et le mien,
Et que ton vueil au mien s'ordonne,
Si qu'en nostre fait n'ait que bien,
Saches de vray et le retien,
Sanz qu'aultre foiz plus t'en sermonne,
Que l' amour qui en moy s'entonne,
Dont ta doulceur me vient preschier
Durera puis que m'y adonne
Je t'ameray et tendray chier

Par si que toudis ton maintien
Soit tel qu'ainsi que je le tien,
Non obstant qu'acueil t'abandonne,
M'onneur garderas par moyen
De loyaute se tu essien;
Tout le surplus je te pardonne
Car, quoy que desir t'araisonne
Par force d'amour me touchier,
Mais que trop ne te desordonne,
Je t'ameray et tendray chier

Pour ce, amis, gaignes la couronne Sur tous amans ne t'approchier
D'aultre vueil; sanz t'estre felonne
Je t'ameray et tendray chier

Christine de Pizan


Ballad III

A Dieu te dis, amis, puis qu'il le fault,
Com bien qu'assez seuffre de dueil et peine
Pour ton de part qui me conduit et meine
De joye en dueil, ce m'est douleureux sault

Puis qu'il con vient qu'ainsi soit, riens n'y vault
M'en doulourer, Dieu pry qu'il te ramaine,
A dieu te dis, amis, puis qu'il le fault

Mais je scay bien qu'en aray dur assault
D'amours qui trop a son vueil me demaine,
Et qu'assez plus d'une foiz la sepmaine
Je pleureray, je ne scays'il t'en chault,
A Dieu te dis, amis, puis qu'il le fault

Christine de Pizan



onderbalk